Modèle de société: "Notre modèle, c'est la loi du plus juste"

À Bordeaux le 7 février, devant près de 4000 personnes, François Bayrou a proposé au pays un "nouveau contrat social et républicain".

"La France ne veut ni la société de l'un des candidats que l'on essaye de nous imposer, ni la société de l'autre.

L'une est dure pour les faibles, douce pour les puissants. On fait applaudir en meeting ceux qui se lèvent tôt et siffler ceux qui ne se lèvent pas … Ceux qui ne se lèvent pas, ou plus, pour la plupart d'entre eux, souhaiteraient eux aussi avoir un travail. Se lever le matin.

La société de l'autre, c'est un modèle que nous avons essayé, et qui a échoué. Il repose sur l'idée que l'État va s'occuper de tout. Pour nourrir cet État-là, il faudra augmenter considérablement les impôts, les prélèvements obligatoires - déjà en tête de tous les classements mondiaux.

Nous voulons une République honnête, un État impartial. Nous aimons la République qui s'appelle liberté, qui s'appelle égalité, qui s'appelle fraternité. Ce sont trois vertus de résistance. Parce que la liberté n'est pas naturelle : ce qui est dans l'ordre de la nature, c'est la loi du plus fort. L'égalité n'est pas naturelle, c'est l'inégalité qui l'est. La fraternité non plus, mais le chacun pour soi.

Notre modèle n'est pas la loi du plus fort, c'est la loi du plus juste.

Ce modèle social commence à l'école. L'école n'est pas seulement un lieu d'éducation et de savoir : c'est la clef de la cohésion nationale. A chaque Français, la République dit : "Par l'école, tu auras ta chance !". Prenons l'engagement de faire de l'école un lieu où les enseignants, les élèves, le savoir soient en sécurité.

Deuxième chapitre de notre contrat républicain : les banlieues. Faire de la concentration sociale fut une grande erreur. Je veux réintroduire la mixité sociale, imposer du logement social dans tous les programmes de logement. En direction des quartiers qui sont de fait, aujourd'hui, fermés, je souhaite un programme de transports : Clichy-sous-Bois est à quinze kilomètres de Paris, mais il faut une heure et demie pour aller à Paris ! Nous devons organiser le retour de l'État dans ces quartiers. Nous avons besoin d'une police de proximité, avec des recrutements dédiés aux quartiers pour qu'ils soient stables dans le temps, pour que les policiers soient capables d'interpeller les gamins en les appelant par leur prénom. Il y aura un sous-préfet dans chacun des quartiers, avec une administration, avec obligation de résidence. Et il faut de la démocratie : des conseils de quartier seront élus, qui se réuniront sous l'autorité du Maire.

Je défendrai un service civique universel de six mois, à partir de dix-huit ans. Le service militaire était injuste dans sa conception et inadapté : au lieu de l'abandonner, il aurait fallu proposer une démarche différente, humanitaire, universelle : garçons et filles, riches et pauvres. Une période où l'on sorte de son univers familier pour découvrir une autre sensibilité de la France, pour apprendre des choses utiles dans la société.

Combattons la souffrance sociale, l'exclusion. Le secteur de la santé mentale se sent abandonné ; parfois, les malades aussi ne trouvent plus de place dans notre société. Le nombre de bénéficiaires du RMI a augmenté depuis 5 ans. Parmi eux, des gens qui n'osent plus sortir de chez eux, qui n'osent pas avouer à leurs proches leur situation. Enfermés parce que, lorsqu'un travail est possible, il entraîne de telles difficultés, de telles dépenses, de telles pertes d'avantages divers, que l'on est conduit à refuser l'emploi.

Toute personne qui choisit le travail plutôt que l'assistance, doit y gagner ! Cela impose une simplification de toutes les aides, unifiées en une allocation qui tiendra compte de la situation de chacun, et cumulable de manière dégressive avec la reprise d'emploi. Et à toute personne aujourd'hui réduite à l'inactivité, je veux qu'en plus du modeste mandat qu'on lui verse mensuellement, on lui offre une activité au service de la société, si elle a les capacités physiques ou mentales nécessaires. Une activité indemnisée, dans une collectivité locale ou une association.

Je souhaite une nouvelle démocratie sociale, qui reconstruise la légitimité de la société face à celle de l'État. Qu'en matière sociale, on ne puisse plus voter une loi sans l'avoir déposée trois mois auparavant devant les partenaires sociaux. Nous devrions retrouver, entre l'État et les citoyens, des "corps intermédiaires" capables d'exprimer, face à l'État, la compétence des citoyens.

Cette France, celle de la loi du plus juste, défend un modèle de société auquel beaucoup d'autres peuples pourront se référer. Elle retrouve sa vocation et son Histoire. Elle retrouve l'espoir."

 

 

Au fil des EVENEMENTS

Les THEMATIQUES        
    
Le Parlement
     Modèle de société
     Pour une social-economie
     Chômage & délocalisation
     Environnement
     Projet législatif du MoDem
Verbatim (A à Z)

Téléchargez le PROJET législatif de l'UDF